À propos des biens des femmes : structures de parenté et rapports de genre

Main Article Content

Anita Guerreau-Jalabert

Abstract

La société médiévale se caractérise par un système de parenté cognatique et par la pratique de ce que Jack Goody a appelé la dévolution divergente. Toutefois, du fait de la supériorité sociale des hommes sur les femmes, les biens majeurs des parentèles vont tendanciellement aux premiers sans exclure jamais les secondes. Les femmes reçoivent d’abord des dots, mais aussi des legs et elles peuvent aussi être héritières principales en l’absence de frères. Les données génoises corroborent ces grandes caractéristiques et montrent que, dans un système incontestablement patriarcal, auquel elles participent d’ailleurs pleinement, les femmes se voient reconnaître une certaine capacité d’action.

Downloads

Download data is not yet available.

Article Details

Come citare
Guerreau-JalabertA. (2021). À propos des biens des femmes : structures de parenté et rapports de genre. Reti Medievali Rivista, 22(2), 41-51. https://doi.org/10.6093/1593-2214/8745
Sezione
Interventi a tema