Mario Praz et l’Espagne pittoresque de Théophile Gautier

  • Aurélia Cervoni Université Paris-Sorbonne

Abstract

Critique à l’égard des clichés pittoresques que Théophile Gautier a fixés dans le Voyage en Espagne (1843), le livre de Mario Praz, Penisola pentagonale (1928), se situe dans le prolongement de l’essai de Miguel de Unamuno, En torno al casticismo (1895), et du mouvement régénérationniste espagnol. Sensible, malgré les apparences, à la dimension ironique du Voyage en Espagne de Gautier, Praz dénonce surtout le malentendu qui s’installe entre les lecteurs du début du XXe siècle et la littérature romantique.

Downloads

Download data is not yet available.

Biografia dell'Autore

Aurélia Cervoni, Université Paris-Sorbonne

Docteur de l’Université Paris-Sorbonne, Aurélia Cervoni est co-responsable du « Groupe Baudelaire » de l’Institut des textes et manuscrits modernes (CNRS – École normale supérieure). Sa thèse de doctorat est consacrée à la « fortune » de l’œuvre de Théophile Gautier (Théophile Gautier devant la critique 1830-1872, Classiques Garnier, 2016). Elle a collaboré à l’édition des Œuvres complètes de Rimbaud établie par André Guyaux dans la Bibliothèque de la Pléiade (2009). Secrétaire de rédaction de L’Année Baudelaire, elle a édité Le Spleen de Paris de Baudelaire avec Andrea Schellino dans la collection GF-Flammarion (2017). Elle co-dirige la première édition en ligne de la correspondance de Baudelaire.

Pubblicato
2019-12-27
Come citare
Cervoni, A. (2019). Mario Praz et l’Espagne pittoresque de Théophile Gautier. SigMa - Rivista Di Letterature Comparate, Teatro E Arti Dello Spettacolo, (3), 915-927. https://doi.org/10.6093/sigma.v0i3.6559
Fascicolo
Sezione
Scenari